UNE leçon à nos enfants…

une leçon pour mon enfant

Nous voilà parents ! Passés par de nombreuses étapes dans notre vie. Nous avons du recul et l’envie que nos enfants grandissent avec le fruit de ce recul. Nous rêvons de bâtir à notre échelle un monde meilleur pour eux.

une leçon pour nos enfants Si vous deviez enseigner une seule leçon à vos enfants, laquelle choisiriez-vous ? 

  1. CONFIANCE : personne ne sait mieux que toi ce dont tu es capable. Ecoute ce qui t’est utile, entends ce qui te touche mais fais-toi sourd devant ceux qui te freinent.
  2. AUTHENTICITÉ : peu importe ce que nous accomplissons, nous sommes importants pour ce que nous sommes.
  3. SINGULARITÉ : tu es merveilleux parce que tu ne ressembles à personne.
  4. CURIOSITÉ : ne crains jamais l’avenir. L’inconnu réserve aussi de belles surprises.
  5. SIMPLICITÉ : si chaque jour tu te sens heureux, alors tu as réussi.
  6. PATIENCE : crois en tes rêves et pour les réaliser, franchis chaque étape comme si tu semais une graine de saison dans un jardin naissant.
  7. PERSÉVÉRANCE : n’abandonne jamais, persévère, l’avenir appartient à ceux qui persistent.
  8. INTÉGRITÉ : agis avec sincérité et si ton intégrité déplaît, contemple en toi le spectacle rare de la vérité.
  9. JUSTICE : regarde le monde avec ton cœur et prends garde au spectacle que l’on impose à tes yeux.
  10. PUGNACITÉ : ne juge pas tes imperfections comme un mur. Regarde les comme une porte que tu as la force de pousser. Alors, tu sauras te dépasser.

Une phrase vous interpelle ? Cliquez dessus ! Sauf si toutes les phrases vous interpellent et vous emmènent à la découverte de notre article tout entier !

Leçon numéro 1 : la CONFIANCE !

personne mieux que toi ne sait ce dont tu es capable

Si vous avez choisi cette leçon, vous êtes de mon avis façon rédactrice en chef. C’est une philosophie de vie qui me tient particulièrement à cœur.

Pourquoi cette leçon ?

Notre société souffre de certains maux.

Lorsque nous faisons des choix en dehors du cadre, nous nous confrontons au jugement d’autrui. Même nos proches parfois, par bienveillance certes, peuvent nous freiner dans notre élan. Mais ils ne connaissent qu’une part de ce que nous sommes.  Si nous avons un jardin secret, c’est justement pour y semer les fleurs dont nous seuls connaissons la composition et le potentiel.

Alors, lorsque nous sommes convaincus de nos choix, nous devons suivre notre instinct. Dans le pire des cas, nous tirerons un enseignement. Non pas un mur infranchissable mais un cadre plus raisonnable pour nos objectifs.

Intuition et confiance en soi : une combinaison très puissante ! L’intuition permet l’audace.

Ce message, les parents sont les mieux placés pour le délivrer à leurs enfants. En les aidant à se faire confiance, ils les sensibilisent à la force de l’intuition.

Une leçon délivrée aussi par… 

leçon de confiance Vénus Williams

Vénus Williams est née à Lynwood en Californie, mais surtout dans une Amérique encore intolérante. Ainsi, alors qu’elle devient à l’âge de 11 ans numéro 1 mondial des joueuses de 12 ans, elle subit de nombreux assauts racistes. Ce sont ces réactions qui vont forger la combativité qui la caractérise. Face à ses fulgurances à l’entraînement puis aux succès qui s’enchaînent en compétition, sa confiance en elle grandit. Une arme contre la critique.

Vénus Williams : la seule joueuse de tennis qui ait remporté au moins une médaille dans quatre olympiades différentes de Londres en 2000 à Rio en 2016. Alors, lorsqu’elle fait de nouveau face aux doutes que les autres nourrissent pour sa participation à 40 ans aux prochains J.O de Tokyo, elle répond avec une hargne intacte. Classée 14ème joueuse mondiale ? Oui. Pour le moment…

Leçon numéro 2 : authenticité ! 

Vous voyez dans l’échange un enrichissement incontournable et source d’un précieux bonheur. Alors, vous partagez l’avis de Corinne Husson, notre attachée de presse.

une leçon d'authenticité

Corinne voit dans le quotidien une opportunité de s’enrichir humainement au contact des autres. Sa vie est ainsi faite de rencontres. Et chacune d’entre elle est précieuse à ses yeux. Pas question de juger tout un chacun sur ce qu’il a accompli, sa place sociale, ses choix personnels. Corinne ne se concentre que sur un critère : l’authenticité ! Une valeur fondamentale qui forge la pierre que tout un chacun apporte à l’édifice collectif. C’est avec cette même authenticité que Corinne aborde les personnes qu’elle découvre et côtoie.

Il n’est certes pas facile d’agir avec authenticité. Cela suppose de s’exposer en somme, discrètement et humblement pour donner à autrui une part égale à la sienne. Mais cette valeur, tronquée parfois par le besoin de montrer « une image » plutôt que soi, nourrit la confiance naturelle de ceux qui nous entourent. Elle leur permet de se livrer avec sérénité. Un principe que Corinne affectionne de mettre en oeuvre au contact plus que dans les échanges virtuels, réducteurs dans le ton et la sincérité.

En quoi cette leçon est-elle importante ? Elle se passe du jugement sur l’apparence. Elle se concentre sur ce qu’est profondément chaque individu. Cette leçon ancre en son ombre une autre leçon : tout le monde est important !

Dans notre rôle de parent, comment développer ce sens de l’authenticité ? Par l’exemple, tout simplement, pour que cette belle valeur soit exprimée ensuite par l’enfant le plus naturellement possible.

Une leçon délivrée aussi par… 

leçon Einstein

Albert Einstein (1879-1955) est un physicien de renommée mondiale : un scientifique considéré comme un véritable génie. Relativité, mécanique cantique : il a contribué à des avancées extraordinaires dans le domaine des sciences Physiques. Mais il est également connu pour sa philosophie de vie. Détail peu connu, Einstein, au fil de l’Histoire, a disposé de plusieurs nationalités. Ses déplacements lui ont permis de découvrir bon nombre d’injustices auxquelles il répond avec la même ferveur : « Chacun doit être respecté dans sa personne et nul ne doit être idolâtré ».

L’Histoire l’amène par exemple à un véritable choc ! Il vient de fuir l’Allemagne nazie lorsqu’il découvre aux Etats-Unis le traitement réservé aux personnes dites « noires ». Ainsi, en 1946, il tient un discours sans concession devant les professeurs et étudiants de l’université Lincoln : « Je suis de passage dans cet établissement au nom d’une cause qui en vaut la peine. En effet, les gens de couleur continuent d’être séparés des Blancs aux États-Unis. Cette séparation ne résulte pas d’une maladie des gens de couleur mais d’une maladie des Blancs. Il est impensable que je me taise à ce sujet. « 

Ce respect fondamental de l’être humain dans sa condition d’individu, Einstein nous suggère de l’appliquer à nos enfants. Un sujet important pour cet homme émerveillé à 5 ans par le spectacle d’une boussole, mais jugé comme un cancre durant son enfance car il avait un retard de langage.

Ne nous fions pas aux apparences ! Ne nous enfermons pas dans les critères standard ! Portons un œil curieux pour la nature d’autrui !

Leçon numéro 3 : singularité ! 

Si vous avez choisi cette leçon, alors comme Annie Pradoux, coach, vous êtes intimement convaincu que notre richesse humaine provient de notre singularité.

leçon de singularité

Vivre avec sérénité sa singularité : tel est le combat professionnel bienveillant d’Annie. Si elle ne renie pas les bienfaits des valeurs universelles, elle aide les personnes qui se sentent « à part ». Si ces dernières n’ont pas envie de taire leurs merveilleuses petites et grandes différences, elle les aide alors à révéler ces couleurs qui sont en elles. Dans nos sociétés modernes, nos actes sont régis par un cadre normé et fonctionnant souvent par mimétisme. Paradoxalement. Chacun essaie de se faire une place, en ressemblant un maximum à autrui par peur du rejet. Pourtant, tous, nous vivons difficilement le fait d’être anonyme donc parfois « transparent » dans la masse. Difficile alors de faire sa place. A moins d’accepter et affirmer cette singularité, qui nous rend unique.

Un message important à véhiculer durant l’enfance, période pendant laquelle nous posons, pour nos enfants, les bases de leurs relations futures.

Une leçon délivrée aussi par… 

leçon singularité Jacquard

Albert Jacquard (1925-2013) est un généticien unanimement salué dans son domaine de spécialité et reconnu pour ses essais d’humaniste.

Il connaît personnellement les souffrances infligées par la différence. En effet, alors qu’il n’a que neuf, il est victime d’un accident de voiture, dans lequel décèdent plusieurs membres de sa famille (dont son frère). Il est lui-même défiguré et se sent dès lors observé, méprisé et rejeté. Quant aux méfaits du conformisme, c’est l’Histoire collective qui lui sert cette fois-ci ce qu’il perçoit comme une leçon. En fait, alors que la deuxième guerre mondiale frappe notre pays de plein fouet, il est concentré sur sa scolarité. Alors qu’en 1945, il intègre la prestigieuse école de Polytechnique, il s’interroge :  » J’ai vécu la Libération comme un événement extérieur. J’ai été un passager de l’histoire. Je n’ai pas été du tout le conducteur. J’ai été très long à m’apercevoir qu’il fallait que je choisisse mon camp. J’étais dans le camp des salauds : ceux qui laissent faire et finalement attendent que toutes les choses s’arrangent ». Trop occupé à préparer Polytechnique de son propre aveu, trop ancré dans le conformisme, il ouvre alors les yeux sur la réalité de la guerre, trop tardivement pour agir, ce qui le marque définitivement. 

Mais pas question de céder au pessimisme, il décide de défendre les convictions que la vie lui a inculquées. Il rédige ainsi des essais qui démontent les théories les plus ancrées sur la mixité, la normalisation ou l’égocentrisme. Son objectif : militer pour que chacun se sente libre d’être soi et donc naturellement attentif à « l’autre qui nous est indispensable« .

Leçon numéro 4 : curiosité ! 

Vous souhaitez aider votre enfant à porter un regard curieux et serein vers l’avenir. Alors sans le savoir, vous rejoignez l’opinion de Carole Bonnemains, experte en Marketing Digital.

leçon de curiosité

Avez-vous déjà prononcé cette phrase « profitez les enfants, vous ne savez pas de quoi sera fait demain » ? Cela arrive à la majorité des parents. Cette question peut provoquer une forme d’angoisse devant l’incertitude. Carole, quant à elle, y apporte une réponse à laquelle nous ne pensons pas immédiatement. Elle est pourtant d’une logique implacable. Demain sera fait d’opportunités !

Face aux grandes évolutions, au progrès tant décrié, Carole clame haut et fort que l’Homme ne s’éteint pas sous le poids de l’innovation et du changement, il se transforme. Et tant mieux, sinon gare à l’ennui !

Comment transmettre cette leçon à nos enfants ? Il suffit de nourrir leur curiosité, de les confronter à l’inconnu avec optimisme et de leur montrer le bonheur que procure la sensation de surprise. L’une des manières de bâtir pour eux un cadre moins anxiogène.

Une leçon délivrée aussi par…  

leçon de curiosité Frey

Thomas Frey, dit « Tom Frey » dans les milieux industrialo-branchés est un futurologue américain. Sa vision de l’avenir est assez surprenante. Généralement l’on entend qu’il faut agir et réfléchir aujourd’hui pour construire l’avenir. Lui, au contraire, se concentre sur l’avenir pour bâtir le présent. Voilà en quoi consiste son métier. C’est seulement à cette condition que le présent peut alors contribuer pertinemment au futur. Ce créateur du « Da Vinci Institute » bouleverse de nombreux codes y compris celui du travail qu’il envisage et pratique de manière parfois itinérante et inconstante. Un travail selon le besoin réel et non dans une approche horaire. Thomas Frey croit ainsi fermement en la croissance des « solopreneurs », les entrepreneurs seront lui la norme future professionnelle. Il contribue ainsi grandement aux expérimentations sur les managers de projet, pour lesquels il a conçu des formations spécifiques. Et il encourage autant que possible ce nouveau schéma qu’il estime plus juste et garant d’un avenir plus serein et surtout plus créatif. L’homme l’affirme : « 60% des métiers de la prochaine décennie n’ont pas encore été inventés« . Mais que voilà une perspective réjouissante pour nos enfants. Mais oui, le verre est à moitié plein : il se remplit sur des souvenirs, des acquis et de l’expérience qui se tissent et s’imbriquent depuis la naissance.

Bien évidemment, cela requiert une bonne dose de curiosité naturelle et une forte capacité d’adaptation. Mais telle est selon lui la condition sine qua non pour offrir effectivement un monde meilleur à nos enfants !

Leçon numéro 5 : simplicité ! 

Les bonheurs simples vous comblent ! Et rien n’en surpasse le pouvoir. Alors,  votre vision de la vie est à l’image de la philosophie de Cécile Rose, coach et formatrice.

leçon de simplicité

Nos parents, dans l’euphorie et l’environnement de leur époque, nous ont prodigué divers conseils pour réussir notre vie. « Travaille à l’école ! », « Fais toi respecter ! », « Choisis un métier qui t’apporte de la sécurité ! » etc. Quelle approche rigoureuse et peu motivante ! Cécile fonde sa vie quotidienne comme son métier sur une philosophie bien plus réjouissante et performante au final.

Elle pourrait se résumer de la sorte : vise le bonheur ! Fais ce que tu aimes ! Si chaque jour, tu t’épanouis dans ce que tu accomplis, alors tu approfondiras naturellement ton savoir. Alors, tu te démarqueras pas ton implication naturelle. Elle sera un gage d’excellence. Ainsi, tu inspireras, plus que la confiance, la réjouissance. Et finalement, à ta manière, tu écriras ton succès, sans jamais agir à l’encontre de ta volonté.

En tant que parents, nous pouvons guider notre enfant dans cette voie, en le laissant explorer, découvrir et choisir. Et lorsqu’il choisit, laissons la curiosité et la joie opérer.

Une leçon délivrée aussi par…  

leçon simplicité John Lennon

Choisir cette personnalité pour illustrer la philosophie de vie et métier de Cécile Rose ne relève pas du hasard. Tout d’abord, elle ne manque jamais une occasion de souligner les vertus de la musique. Mais surtout John Lennon incarne une générosité humaine qui ressemble totalement à l’engagement de Cécile.

Tout comme cette citation est comparable à sa ligne de conduite. John Lennon a vécu une scolarité compliquée. Il n’a pas réussi à s’épanouir à travers ce que le parcours type lui proposait. Et puis, il a trouvé sa voie : la musique. Dès lors qu’il a accompli ce qui le rendait heureux, il a réussi et de manière fulgurante. Malgré le succès, sa philosophie n’a pas changé. Il vivait difficilement l’hystérie des fans. Il avait régulièrement besoin de s’isoler dans une forme de solitude et de calme. Quand son fils est né, il n’a pas hésité à faire une pause de cinq ans dans sa brillante carrière pour vivre ce bonheur nouveau. Le bonheur en guise d’objectif, n’est-ce pas finalement notre quête à tous ?

Leçon numéro 6 : patience ! 

Cette leçon caractérise particulièrement Céline de Stefano, notre graphiste. A une époque où tout se vit sur le moment, elle contrecarre la fugacité par un usage précis et précieux du temps. Une forme rare de patience prolifère (en botanique, désigne une fleur qui donne naissance à une autre fleur) pour fonder pas à pas tout projet avec finesse et minutie.

leçon de patience

Derrière cet enseignement se cachent plusieurs principes. Tout d’abord, Céline accorde aux étapes « secondaires » et intermédiaires une importance égale à l’attention qu’elle porte aux actions majeures. Logique pour cette artiste que d’avoir conscience que nous nous exprimons et nous distinguons justement à travers les détails. Mais elle voit dans ces derniers l’occasion de s’accomplir bien plus en savourant ces petits pas qui n’appartiennent qu’à nous et dont nous pouvons être fiers. Par ailleurs, Céline refuse de céder aux légendes urbaines qui affirment qu’un succès durable se forge à la hâte. Le bonheur se vit certes, mais il se sème patiemment, aux moments les plus opportuns, en prenant soin d’observer. Son objectif : provoquer le destin et se prémunir de la désillusion.

Un principe parfois difficile à enseigner à nos enfants ivres de vivre l’instant présent intensément. Mais après tout, n’est-ce-pas comme tout une question de patience ?

Une leçon délivrée aussi par…   

leçon de patience Beethoven

Ludwig Van Beethoven est malheureusement souvent réduit à sa surdité précoce, ses chagrins d’amour et son inconstance financière. Pour autant, il est l’auteur d’un succès incontestable et intemporel. Et il a bâti cette réussite sur la patience. Son « public » a dû ainsi attendre qu’il ait 30 ans pour savourer une première symphonie aboutie. Et face aux critiques sur cet âge tardif, il répond avec panache que son art survivra au temps. Visionnaire, n’est-ce-pas ? Il nous livre ainsi une leçon : si tu aimes vraiment ce que tu fais, prends le temps de l’exécuter. Comment convaincre de ce dont tu n’es pas convaincu ?

Leçon numéro 7 : persévérance ! 

Il vous arrive (régulièrement) de penser que « ça ne tombe pas du ciel ». Alors, vous partagez l’avis de Lara Walder, notre couturière éco-responsable.

leçon de persévérance

Lara, la travailleuse infatigable de notre comité rédactionnel, incarne absolument la valeur de la persévérance. De prime abord, cette leçon implique un dur labeur ou fait écho à un échec. Si nous devons persister, c’est parce que nous ne réussissons pas. Lara incarne une toute autre vision de la persévérance. Elle voit dans le travail acharné une opportunité de réellement s’exprimer, une occasion d’excellence pour son art. La persévérance peut aussi être une force face au jugement perturbateur d’autrui. Elle favorise une forme de succès au mérite, bâti dans le temps.

En persistant, nous prouvons que nous pouvons ainsi nous élever dans la difficulté : une vision valorisante et stimulante de soi-même.

Comment donner la goût de la persévérance à nos enfants ? En accueillant leurs échecs comme des opportunités. En les habituant à rester optimistes et battants.

Une leçon délivrée aussi par…   

leçon de persévérance

Benjamin Franklin n’est ni plus ni moins que le « père fondateur des Etats-Unis ». Mais il a également tenu les fonctions d’imprimeur, d’éditeur, de naturaliste et d’inventeur. Il est l’homme aux nombreuses passions professionnelles parti de rien, puisque son père était un marchand de chandelles. Autodidacte, Benjamin Franklin était motivé par la farouche volonté d’aider les autres. Il prend rapidement conscience du pouvoir de l’expression, par l’écriture mais aussi par le discours. Il a bâti son parcours souvent dans l’adversité. Mais qu’importe ! Rien ne peut l’arrêter ! Cet homme s’offre ainsi le luxe de contribuer à la rédaction de la constitution américaine mais aussi d’inventer le paratonnerre.

Si vous sentez grandir une passion dans le cœur de vos enfants, laissez les l’explorer. Ils lui accorderont une attention particulière, apprendront avec plaisir et naturellement cette leçon fondamentale : « Pour que le laboureur prospère, il faut qu’il conduise lui-même sa charrue. »

Leçon numéro 8 : intégrité ! 

Si vous détestez par dessus-tout le mensonge, alors vous partagez les convictions de Véronique Narayana Swamy, notre experte du voyage en Inde.

leçon intégrité

La particularité de la sincérité ? Aussi vertueuse que risquée, la sincérité fonde une confiance profonde comme elle peut impressionner. L’intégrité ne vise pas le nombre mais la solidité, la pérennité. Contrairement aux idées reçues, la malice que le mensonge requiert n’en fait pas une option difficile. Rester sincère, bienveillant et constructif par la vérité, demande une plus grande énergie et engendre la peur de blesser. Mais cela permet aussi de ne pas se perdre en chemin, de ne pas se dénaturer.

Comment sensibiliser nos enfants, si créatifs, à la vertu de l’intégrité ? Lorsqu’ils disent une vérité même désagréable, axez votre discours sur le bénéfice de la confiance mutuelle plutôt que sur la faute elle-même. Vous leur prouverez ainsi qu’ils ont tout à gagner à rester sincère.

Une leçon délivrée aussi par… 

leçon intégrité

Elise Lucet se distingue dans le paysage médiatique français par son parcours mais aussi par l’authenticité de son discours. Pour celle qui met au premier plan la relation entre le peuple et la presse, hors de question de renoncer à son devoir de vérité même si le sens de son engagement ne suscite pas une adhésion totale.

Il y a peu cette grande dame de la presse s’interrogeait sur la connivence politique entre journalistes politiques et hommes de pouvoir. Sans mettre en doute le recherche de réserve des journalistes, elle a décrit avec une grande justesse ce qu’une connaissance mutuelle trop importante comporte de risques. Notamment dans la perception qu’en a le peuple. Elle a même suggéré de s’inspirer du modèle anglo-saxon qui assure un renouvellement tous les 5 ans de la presse politique. Autant de vérités délicates à décrire ! Mais tel est le luxe que peut s’offrir une âme intègre.

Leçon numéro 9 : justice ! 

La justice et l’équité sont des valeurs qui vous tiennent particulièrement à cœur. Alors, vous partagez les convictions de Flore Crépin, coach et auteure centrée sur la prise de conscience.

leçon de justice et équité

Porter le flambeau de la justice comme valeur fondamentale relève du défi. Et ce, du fait de :

  • l’existence de plusieurs médias en adéquation avec les différentes sensibilités politiques et sociales. Il est sain de pouvoir disposer de plusieurs opinions pour faire son propre avis.  Mais cette liberté a un effet pervers. La confrontation/l’opposition de plusieurs points de vue peut embrumer notre pensée, puisque nous jugeons par affinités d’opinion, sans être ni réellement témoins, ni vraiment acteurs;
  • le poids de l’émotionnel et de la « sensation » dans nos centres d’intérêt. Pour répondre à notre quête d’émotion et puisqu’il est tout simplement impossible de couvrir tous les événements intervenant chaque jour dans le Monde, la presse n’a d’autre choix que d’éluder une partie de contexte. Ainsi, notre jugement est souvent concentré sur l’instant plus que sur le contexte. C’est pourtant le contexte qui peut définir le degré de justice.

Nous avons plus de facilités pour distinguer l’injustice. Mais le jugement de valeur est totalement subjectif. Il s’appuie sur notre conception individuelle de l’inacceptable. Il existe pour autant de grands principes : « ne pas juger hâtivement », « éviter toute forme de souffrance physique et psychologique envers tout être vivant », « se défendre lorsque c’est nécessaire et rejeter tout acte de méchanceté gratuite », « être à l’écoute et soutenir » etc. En enseignant ces principes à nos enfants, nous contribuons à notre échelle à bâtir un monde moins injuste. Construire un environnement plus juste exige de s’intéresser aux rouages du système, une problématique bien complexe pour nos enfants.

Une leçon délivrée aussi par… 

leçon de justice martin luther king

Martin Luther King est célèbre pour ses combats, résumés en un discours et ces quatre mots universels « I have a dream ».

Logique donc d’associer cette référence au travail de Flore et aux valeurs qu’elle communique au quotidien par son respect de l’humanité. Non-violent, il use de sa plume et son charisme pour bousculer les idées reçues. Il use ainsi d’une approche cohérente et intègre : la violence n’est pas gage d’équité, bien au contraire. Jeune, il prend conscience de l’importance de dépasser les différences pour rassembler. Rassembler, s’ouvrir aux autres permet d’instaurer une sérénité. Du côté des rejetés comme des détracteurs. Rejeter peut réveiller la haine. Et la haine engendre l’insécurité. Il s’efforce donc de montrer que l’ouverture aux autres est bénéfique à tous. Une certitude acquise alors qu’il était pasteur (une voie qui lui a été imposée).

Lorsque la haine raciale s’apaise, il décide de s’engager dans le combat d’une autre forme d’injustice : la misère. Mais il n’a pas le temps de contribuer à la même révolution culturelle, puisqu’il est assassiné le 04 avril 1968.

La leçon la plus importante à transmettre réside dans une vision décomplexée de l’autre, libérée du réflexe de comparaison, de rejet, de crainte. Enseignons à nos enfants qu’ils s’enrichissent au contact des autres. Montrons leur que la malveillance constitue le seul motif recevable d’intolérance. « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots ».

Leçon numéro 10 : pugnacité ! 

Il est vital pour vous de vous battre pour défendre vos convictions. Vous êtes convaincus que vous pouvez être le principal obstacle à vos ambitions, à vos rêves si vous y renoncer. Et vous n’avez pas peur de vous dépasser pour eux. Alors, vous êtes de l’avis de Stéphane Sellier, notre rédacteur d’Histoire.

leçon de pugnacité

Stéphane apporte une preuve : la réserve n’est pas l’antre du doute, bien au contraire. Dès lors qu’il se fixe un objectif, il franchit les obstacles qui se présentent, pas à pas, en prenant le temps d’être méticuleux. Il brise ainsi avec élégance un autre préjugé : le courage procure la même force quand il s’embrase dans la précipitation que lorsqu’il se tisse dans l’étoffe de la patience. L’importance réside dans la pugnacité.

Lorsque nous relativisons les échecs de nos enfants, nous leur enseignons que nul n’est parfait en tout. Nous leur montrons que l’imperfection n’est pas une fatalité mais un repère. Elle nous guide pour nous améliorer. Nous leur montrons que si leur motivation est plus grande que leur crainte, rien n’est impossible.

Une leçon délivrée aussi par… 

leçon de courage George Sand

George Sand est principalement connue pour ses activités de romancière. Mais cette essayiste engagée mène un combat social intense contre un système qu’elle juge trop conservateur et injuste envers les femmes. Amantine Aurore Lucile Dupin use d’ailleurs de ce pseudonyme quasi masculin (vous noterez l’absence du « s ») par pure provocation. Elle n’hésite pas de même à porter des pantalons et fumer dans des lieux publics, semant un véritable scandale qui lui vaut bien des caricatures. Sa naissance intervient dans un berceau suspendu entre deux strates sociales. Son père lui procure des origines aristocratiques et sa mère est issue quant à elle d’un milieu plus modeste. Entre deux mondes, telle est l’instabilité qui règne sur la destinée de George Sand, déchirée entre ses parents, puis entre sa mère et sa grand-mère. Dans ce contexte, elle parvient à surmonter ses fêlures pour s’adonner à sa passion : la littérature. Elle reçoit certes une instruction sérieuse dispensée par un précepteur renommé. Mais elle se montre curieuse et approfondit ses connaissances par curiosité, poussant ainsi les portes de l’imperfection pour se faire une place de justicière.

En somme, elle écrit sa propre histoire au fil de ses convictions et ses efforts. Elle applique ainsi le principe qui lui est cher : « on n’a pas le droit de se décourager : quand le vin est tiré, il faut le boire« .

Si vous devez retenir vous-même un enseignement…

Quelle que soit la leçon que vous enseignez à vos enfants, l’essentiel réside dans la manière de la transmettre. Nos enfants naissent avec leur propre caractère aussi unique que leur sensibilité. Nous avons tant à leur apporter, en les accompagnant sans jamais les dénaturer. Savourons donc ces précieux instants ! 

 

©Stéphanie Roux, rédactrice en chef

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A propos de Isalys Roux 50 Articles
Après une première carrière consacrée au management au sein de l'armée de Terre, Isalys Roux s'oriente vers ses premières aspirations professionnelles : la rédaction et l'écriture. Ses thèmes de prédilection ? Société, management, parentalité, insolite, culture et littérature. Son credo ? Tout est digne d'intérêt dès lors qu'une question se pose.

1 Comment

  1. Quelle richesse dans cet article !
    On passe souvent des étapes d’euphorie suivies de phases de doutes profonds dans nos vies. Lorsqu’on devient parent on voudrait être un roc pour protéger nos enfants, leur transmettre le meilleur. .Et parfois on ne sait plus où puiser la source de nos valeurs. . Ici tout est dit. Merci !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*