Les conversations du café de Flore

Les conversations du café de Flore

 

Pensez-vous que tout arrive « par hasard » ? Je crois qu’il existe une part de « destinée ». Et je crois que cela m’arrange de me délester d’une partie de mes responsabilités sur mon existence. 

Cette « destinée » a permis une rencontre avec Flore Crépin, la cheffe de la rubrique « d’Hier et d’actus ».  Coïncidence d’ailleurs puisqu’elle m’écrit régulièrement qu’il n’y a pas pas de hasard. Une rencontre ne dure qu’un instant dérisoire dans l’Histoire mais la plupart du temps elle en concentre toute l’intensité.

Je voudrais vous raconter ce je ne sais quoi de pas ordinaire qui s’est produit un soir d’hiver. 

Flore, un prénom peu anodin…

De notre premier échange, je garde le souvenir de sa fraîcheur et de son enthousiasme. Assez surprenant d’ailleurs de voir qu’elle avait bâti des émotions aussi positives dans l’adversité. Son ancien poste dans les ressources humaines lui avait livré trop souvent le spectacle d’inéquités et de décisions arbitraires. Une froideur trop vive pour une femme aussi soucieuse du facteur humain.

Et puis, j’ai gardé un autre souvenir. Son prénom. Peu courant peut-être, je n’en suis pas si sûre. Pour ma part, j’ai tout de suite pensé au café de Flore dans l’angle du boulevard Saint-Germain à Paris. Une véritable institution datant du 19ème siècle. Le café est très vite fréquenté par des écrivains qu’il inspire. Mais aussi par des clients anonymes et modestes « comme vous & moi ». Les conversations du café de Flore ? Un mic-mac turbulent et gai de sujets d’actualités sérieux, d’élucubrations d’artistes et d’hommes de littérature et de causettes anodines.

Ce café ? Un lieu d’échange inconscient qui symbolise cette vérité absolue : « nous sommes tous un acteur de l’Histoire ».

Un proverbe improvisé qui aura pour Flore une résonance particulière, je le sais.

A la table des citoyens, il n’existe pas de moins que rien : 

Rapidement, la référence à ce grand café allait se confirmer, dans les sujets d’intérêt de Flore et les valeurs que sa plume sert.

L’équité, la justice, la liberté, la fraternité, ces principes fondateurs dont elle étudie la lente déchéance. Flore s’est fixé une mission : nous donner conscience de la valeur de tous ces principes qui nous concernent tous, quelle que soit notre notoriété. Aussi naturel que de s’asseoir à la table d’à côté et de discuter de tout et de rien. De tout et de rien et de ces sujets qui nous touchent particulièrement, nous les grands de ce monde et les moins que rien.

Dans le combat de Flore, réside la volonté de réveiller les consciences qui somnolent dans une impression d’impuissance. A travers ses articles et ses réflexions, Flore effectue une démarche audacieuse, analyser les rouages du système qui nous régit. Elle vise ainsi à nous montrer que notre méconnaissance et notre inconscience sont les premiers leviers de toutes les formes d’exploitation que nous subissons, qu’elles soient intellectuelles ou matérielles. Elle prend des positions tranchées pour montrer que derrière la nébuleuse, il existe un espace dans lequel nous avons tous notre mot à dire, nous les grands de ce monde et les moins que rien.

 

©Stéphanie Roux, rédactrice en chef

 

A propos de Isalys Roux 50 Articles
Après une première carrière consacrée au management au sein de l'armée de Terre, Isalys Roux s'oriente vers ses premières aspirations professionnelles : la rédaction et l'écriture. Ses thèmes de prédilection ? Société, management, parentalité, insolite, culture et littérature. Son credo ? Tout est digne d'intérêt dès lors qu'une question se pose.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*