Géo-Quizz France

Connaissez-vous bien la France ? 

 

Nous vous proposons un quizz ludique pour (re)découvrir les grandes villes de notre pays à travers 1 monument, 1 personnage célèbre et 1 recette ?

Prêts ??? C’est parti !!!!

Réponses : 

1/ Opéra Garnier : il a été crée le 28 juin 1669 par Louis XIV. D’une capacité d’accueil de 1900 places, il continue de vivre au travers des spectacles qui s’y déroulent encore de nos jours. Pour avoir accès à la programmation, cliquez ici.

2/ Anna de Noailles : cette comtesse d’origine roumaine s’appelle Anna-Elisabeth de Noailles. Elle est plus connue pour ses activités de poétesse et romancière que pour son statut noble. Elle est née à Paris le 15 novembre 1876 et y est décédée le 30 avril 1933. Un site détaillé lui est consacré. Pour en savoir plus, cliquez ici.

3/ Tarte bourdaloue aux poires  : ce dessert a été crée vers 1850 par un pâtissier. La recette ne tire pas son nom de son créateur mais de la rue Bourdaloue dans laquelle il était établi. Pour trouver la recette ? Cliquez ici.

 

Réponses : 

1/ Cour des Voraces : avez-vous entendu parler des « traboules » ? Comparables à des passages (secrets de polichinelle), ils permettent de se rendre d’une rue à l’autre en passant par des cours d’immeubles. La Cour des Voraces est l’une d’elles. Construite vers 1840, cette cour est remarquable par son escalier de façades à 6 étages. Un édifice à couper le souffle. Indice pour la trouver : cette traboule permet de passer du 9 de la place Colbert au 14 de la montée de Saint-Sébastien ou au 29 rue Imbert-Colomès. Pour avoir la liste complète des traboules et connaître leurs petits secrets, il vous suffit de cliquer ici.

2/ Antoine de Saint-Exupéry : ce célébrissime écrivain, poète, aviateur et reporter français est né à Lyon le 29 juin 1900. Il n’y réside que quatre ans, avant d’explorer divers lieux de résidence et de s’installer à Paris. S’installer, oui et non. Il se réengage dans l’armée de l’Air en 1943, pour finalement disparaître en vol le 31 juillet 1944. Un site Web lui est consacré. Pour le consulter, cliquez ici.

3/ Bugnes lyonnaises : l’origine des bugnes est très ancienne puisque ces beignets étaient déjà dégustés à l’ère de la Rome Antique. Le mot « bugne » provient d’un terme local lyonnais « bugni ». Rabelais y fais référence dans son ouvrage « Pantagruel » publié justement à Lyon en 1532. Elle est considérée, déjà à l’époque, comme une spécialité culinaire lyonnaise. Pour obtenir la recette, cliquez ici.

Réponses : 

1/ Palais Longchamp : ce palais, inauguré en 1869, a été construit à l’origine pour un motif logistique et oh combien vital : alimenter la ville de Marseille en eau potable et ce, en détournant les eaux de la Durance. En parallèle a germé l’idée de la construction d’un muséum d’Histoire naturelle. C’est ce dernier, pour être tout à fait exact, qui est inauguré le 15 août 1869. Y sont implantés aujourd’hui : le musée des Beaux-Arts, le fameux muséum d’Histoire naturelle, un parc botanique et un jardin zoologique avec de faux animaux, en remplacement des véritables animaux ôtés du parc à la fin des années 1980. Mais l’espace est menacé ! Depuis 2008, des promoteurs souhaitent raser une partie du parc pour y installer un parking souterrain, ce qui ne manque pas de soulever la colère d’associations. Reporté en 2008, le projet est relancé en 2016. Affaire à suivre. Vous pouvez trouver plus d’informations sur le site qui lui est consacré, en cliquant ici.

2/ Fernandel : cet acteur et humoriste, véritable monument vivant culturel de notre pays, est né à Marseille le 8 mai 1903. Il y reste jusqu’en 1925, année de son service militaire. Cette enfance et jeunesse vécues dans le Sud expliquent certainement cette chaleur restée intacte dans sa voix reconnaissable. C’est à Paris qu’il connaît un succès retentissant.  Tellement retentissant que le 3 mai 1967, alors que Fernandel est convié à une réception à l’Elysée, le général de Gaulle dit « Je ne vous présente pas Monsieur Fernandel, c’est le seul français qui soit, dans le monde, plus célèbre que moi ».  Et savez-vous d’où vient le pseudonyme « Fernandel » ? D’une amourette de jeunesse, sa mère ayant dit « il est Fernand d’elle ». Les anecdotes au sujet de Fernandel sont nombreuses. Un site web est dédié à ce personnage et pour le consulter, cliquez ici.

3/ Panisse marseillaise : aux origines des origines, la panisse est une spécialité ligure, ce qui signifie qu’elle provient d’une région italienne. Mais à son « arrivée » en France, Marseille en devient le berceau tricolore. C’est une préparation à base de farine de pois-chiches qui se cuisine selon le même principe que les pâtes fraiches. Visuellement dans un plat, cela ressemble à des larges pommes de terres sautées. Vous avez envie de tester la recette, il vous suffit de cliquer ici.

 

Réponses : 

1/ cité de l’espace : ce centre à la fois culturel et scientifique est un ouvrage « récent » puisqu’il a été inauguré le 27 juin 1997. Cet espace consacré à l’astronomie et à l’astrologie regroupe des répliques « géantes » de fusées et vaisseaux, deux planétariums, une salle de cinéma projetant des films en relief, des espaces dédiés à des expositions ou accueillant des conférences. Il s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux adultes. il accueille désormais plus de 400 000 visiteurs chaque année. Pour obtenir les informations pratiques avant de vous y rendre, il suffit d’accéder au site Web en cliquant ici.

2/ Frédéric Michalak : ce joueur de rugby à XV est né à Toulouse le 16 octobre 1982. Choisir un rugbyman pour représenter la ville de Toulouse ? Un choix qui me semblait évident, en dépit du nombre impressionnant de personnages célèbres/personnalités liés à cette ville. Pourquoi ce joueur ? Pour lui rendre hommage, car ce dernier mettra fin à sa carrière en juin, à l’issue de la saison en cours. Vous pourrez suivre la suite de ses aventures professionnelles sur Twitter, en cliquant ici.

3/ fénétra : tarte toulousaine aux abricots, citrons confits et amandes. Avant d’évoquer un peu son histoire, il me paraît intéressant de souligner que ce gâteau est généralement mieux connu des touristes que par les Toulousains eux-mêmes… Fait étrange puisque l’origine de ce gâteau est très ancienne. Selon les dires des anciennes générations de Toulousains, les Romains le dégustaient lors de la fête des Morts. Fait certain, il y a environ 2000 ans, une  célébration nommée « férétralia » a vu le jour, se déroulant au mois de mars sous forme de procession. C’est elle qui a donné son nom à ce gâteau. Il tient désormais une place de choix lors des repas de famille. Vous avez envie de goûter cette combinaison surprenante d’ingrédients ? Vous trouverez la recette en cliquant ici.

Réponses : 

1/ Fontaine des girondins : Si la fontaine est absolument magnifique, elle « encadre » à l’origine une colonne chargée d’Histoire, LE monument place des Quinconces. Cette colonne a été érigée entre 1894 et 1902. elle célèbre la mémoire des députés Girondins, victimes de la Terreur. La fontaine à l’origine est un projet décorrelé de la colonne.  Son prix étant jugé trop élevé, la fontaine de Bartholdi est d’ailleurs finalement implantée à Lyon. La ville de Bordeaux prend finalement la décision de regrouper les deux projets : la colonne et la fontaine. Si vous voulez connaître plus de détails sur cette fontaine, cliquez ici.

2/ Danielle Darrieux : cette actrice et chanteuse française est née à Bordeaux le 1er mai 1917. Elle n’y passe qu’une brève partie de son enfance, puisque sa famille s’installe rapidement à Paris.  D’abord passionnée par la musique et plus précisément le violoncelle, elle débute sa carrière cinématographique par le hasard d’un bouche à oreille alors qu’elle n’a que 13 ans. Cette jeune fille qui n’a jamais pris de cours d’art dramatique aura finalement été l’actrice de 110 films ! 110 films dans une vie de 100 ans qui s’est éteinte le 17 octobre 2017. 

3/ Tourin blanchi à l’ail : le tourin est une soupe, il en existe plusieurs variantes (dont « le tourin de l’ivrogne » qui vous l’aurez compris permet de se remettre des breuvages « à consommer avec modération »). On le dit blanchi dans la région Bordelaise, car il est « lié » avec de la farine et des œufs. La recette est originaire de Dordogne, le tourin blanchi est encore traditionnellement servi aux jeunes mariés au petit matin suivant la nuit de ronflem…de noces, au temps pour moi. Il n’existe pas de réelles archives historiques à son sujet. Pour utiliser cette recette après une soirée trop arrosée, cliquez ici.

 

Réponses : 

1/ plutôt un quartier emblématique de Strasbourg : « la petite France » : ce quartier est également appelé quartier des Tanneurs, on y trouve d’ailleurs la maison historique des Tanneurs, l’un des lieux les plus photographiés de la ville. La petite France est traversée par plusieurs canaux, ce qui rend le quartier très agréable et particulièrement…touristique. L’endroit très « couleurs locales » comporte plusieurs édifices (maisons & restaurants) à colombages. Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur l’un des sites, en cliquant ici. J’ai choisi ce site que je trouve détaillé et précis sur l’historique des lieux. 

2/ Marcel Marceau, dit « le mime Marceau » : Ce célèbre mime et acteur français, créateur du personnage silencieux de Pip en 1947, est né à Strasbourg le 22 mars 1923. Il vit son enfance entre Lille et Strasbourg. Il se passionne rapidement pour Charlie Chaplin qu’il découvre grâce à une tante. « Marceau » n’est pas son nom de famille d’origine. Il prend ce pseudonyme alors qu’il s’engage dans la Résistance. Son père est déporté puis décède dans le camp d’Auschwitz. Marcel quant à lui bénéficie de la protection d’un « Juste », le proviseur du lycée Gay-Lussac de Limoges. Ce destin lui forge un caractère et le conduit vers l’art du mime, l’art de dire tout sans rien ne dire. 

3/ le Baeckeoffe : ce plat traditionnel serait inspiré du »hamin »; plat lui-même ancré dans la tradition du shabbat de l’Ancien Testament. Interdit le vendredi et le samedi (car les juifs n’avaient pas le droit d’utiliser du feu ces jours-là), ce plat est devenu une tradition du dimanche. Le Baeckoffe était ainsi déposé chez des boulangers, ces derniers gardaient le plat au four jusqu’à la fin de l’office le lendemain matin. C’est la raison pour laquelle ce plat est mijoté à l’étouffée durant plus de 24 heures dans une terrine. Vous avez envie de vous lancer dans ce marathon culinaire ? Vous trouverez la recette en cliquant ici.

 

Nous espérons que cette escapade vous a plu !

A bientôt pour de nouvelles aventures !

 

©Stéphanie Roux

Rédactrice en chef

 

A propos de Isalys Roux 50 Articles
Après une première carrière consacrée au management au sein de l'armée de Terre, Isalys Roux s'oriente vers ses premières aspirations professionnelles : la rédaction et l'écriture. Ses thèmes de prédilection ? Société, management, parentalité, insolite, culture et littérature. Son credo ? Tout est digne d'intérêt dès lors qu'une question se pose.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*