Déconsommation, modèle d’avenir : mode d’emploi

DECONSOMMER, C’EST D’ACTUALITÉS : 

Si vous tapez le mot «déconsommation» dans votre moteur de recherche habituel, vous n’en trouverez pas de définition officielle. Il n’est même pas reconnu par le correcteur orthographique du logiciel que j’utilise pour rédiger cet édito, et qui me propose à la place le mot « consommation ». Une manière de me remettre dans le « droit chemin » ? Le concept de « déconsommation », s’il n’a pas encore aujourd’hui sa définition officielle, nous inspire à tous des choses différentes, qui tournent autour de l’évolution de notre mode de vie : Bio, local, recyclable, renouvelable, écoresponsable, conscient, engagé, respectueux. Ça c’est pour l’aspect positif. Certains auront plutôt en tête les mots cher, compliqué, prise de tête, bobo, effort, long, sacrifice et j’en passe.

La norme de notre société moderne est celle de la « consommation ». Un modèle dicté par les sociétés multinationales, dont les règles sont celles d’une production à très grande échelle, facile d’accès, et servie sur un plateau à une population mondiale, en constante augmentation. Un modèle régit par des mécanismes qui lui sont propres : uniformisation, obsolescence programmée, production à moindre coût quel qu’en soit le prix à payer pour l’environnement, le respect des droits de l’Homme et la santé des consommateurs. Un monde dans lequel l’avoir supplante l’être, et dans lequel la valeur d’un être humain se mesure à l’aune de ses possessions et de son pouvoir d’achat.

Nous observons jour après jour, par de multiples sources d’information, la gravité des conséquences du mode de consommation majoritaire : empreinte carbone, disparition quotidienne d’espèces animales et végétales, dérèglement et catastrophes climatiques, nouvelles formes de maladies, augmentation des allergies, surendettement… Une partie de la communauté scientifique soutient d’ailleurs que, quelque soient les efforts que les hommes seront prêts à déployer, il est trop tard et que la disparition de l’espèce humaine est inéluctable. Alors à quoi bon essayer de faire autrement?

Malgré l’ampleur du challenge et un constat alarmant, de plus en plus d’initiatives, appelant à un mode de vie différent voient le jour. Elles proposent des alternatives au mode de fonctionnement sociétal hyper consumériste. Elles redonnent le pouvoir à l’humain, en lui permettant de faire des choix différents dans sa vie de tous les jours. Que ce soit des denrées alimentaires, des objets matériels ou immatériels, plein de petites voies sont en train de se dessiner autour de l’autoroute de la consommation à tout prix. Et si au lieu de prendre cette autoroute par habitude, vous décidiez d’emprunter les voies secondaires ? Vous pourriez découvrir un beau paysage qui vous donnera envie de les emprunter plus souvent. Vous pourriez même être surpris de trouver des initiatives qui répondront à vos besoins et possibilités en termes de praticité et de pouvoir d’achat.

Consommer autrement c’est embrasser des valeurs de respect de soi et de son environnement, c’est se faire un cadeau. Pas besoin de tout chambouler, il existe suffisamment de possibilités aujourd’hui pour avancer pas à pas. Il vous appartient de décider là ou vous voulez commencer. Consommer autrement, en étant plus conscients des impacts de vos choix, c’est faire le pari à long terme qu’on peut encore inverser la tendance, pour les générations futures et pour notre magnifique écosystème. C’est faire le pari de l’avenir, tout simplement.

Le comité rédactionnel du MAENA MAG se positionne sur ce sujet d’actualité et choisit de mettre en lumière quelques initiatives locales et nationales, qui s’inscrivent dans ce mode de vie plus conscient et respectueux. Et qui dit initiatives, dit bien souvent entrepreneuriat ! Alors si vous exercez cette profession à votre compte et avec cet état d’esprit, rejoignez l’équipe le temps d’un numéro.

Flore Crépin

Cheffe de rubrique FOC(act)US

PORTRAIT DE L’AUTEUR :

Flore Crépin …….

A propos de Flore Crépin 6 Articles
Flore Crépin exerce les métiers de rédactrice Web sur les thématiques d'actualité sociétale et coach personnel. Deux métiers autour d'un fil conducteur : stimuler la prise de conscience pour susciter le mieux-être. Sa philosophie ? "Accompagner chacun de manière personnalisée (donc dans la forme que nous déterminons ensemble et qui semble correspondre à la personnalité) vers l'ouverture de sa conscience, pour y voir plus clair et avancer vers la vie qui lui ressemble."

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*