Bienveillance envers soi-même, condition sine qua non à l’altruisme

Bienfaits de la bienveillance envers soi-même : un article sans complaisance.

 

« La bienveillance sauvera le monde » – Yann Arthus Bertrand.

Je suis d’accord à 100% avec lui.
Pourquoi ?Pourquoi être bienveillant avec soi-même ? Ne risque-t-on pas de dériver vers de la complaisance voire du narcissisme ? Et si nous ne sommes que bienveillants, qui va faire les travaux désagréables ? Bien gentil comme concept direz-vous…mais réaliste?  Question légitime.  Et j’y réponds.
Définition : 

Dans le Larousse, la bienveillance est définie comme : « disposition d’esprit inclinant à la compréhension, à l’indulgence envers autrui. ».

Le Littré, quant à lui, la présente comme une « disposition favorable de la volonté. ».
Une recherche google  ouvre sur une multitude d’approches.
Mon choix :

Sans refaire l’histoire de ce mot, il a été (et il est encore) utilisé avec tellement de connotations diverses que je me permets de préciser ici ce que j’entends par bienveillance.

Je repars de la définition du Littré : « Une disposition favorable de la volonté », en y ajoutant les items suivants :
 La bienveillance entend une relation, et une relation égalitaire.
 La bienveillance s’inscrit dans un cadre désintéressé (évitons la manipulation).
 La bienveillance de par la volonté, implique la lucidité et la responsabilité que nous prenons.
Je parle souvent de bienveillance-lucide, mais pour simplifier, je conserve ici la notion raccourcie de bienveillance.

Quels sont les bienfaits de la bienveillance envers soi-même?

1/ être dans l’action : 

Je ne sais pas vous mais moi, j’avance quand même mieux avec une carotte qu’avec un bâton. Je vous entends me répondre : « oui mais parfois il faut savoir se mettre un coup de pied au —[notion d’anatomie que vous saurez comprendre sans précision]  ! »

C’est vrai … aussi … Néanmoins, les études en psychologie positive nous montrent que nous avançons mieux dans nos actions si nous nous parlons avec bienveillance.
Ce sujet est particulièrement étudié dans des domaines comme l’éducation. C’est vrai pour les enfants, mais n’oublions pas que c’est vrai pour nous aussi.
2/ lâcher notre côté bourreau : 

La petite voix en nous qui nous dénigre et nous critique, a, dans notre culture, dans nos habitudes, plus de légitimité que la bienveillance. Se montrer doux avec soi pourrait même être assimilé à de l’inaction ou de la complaisance.

Or, en nous infligeant cette auto-flagellation, nous restons dans un jeu victime (nous) – bourreau (petite voix).
Si faire perdurer ce schéma nous permet de nous victimiser et donc d’éviter toute responsabilité, il :
nous prive de voir tout ce que l’on pourrait apprendre de nos erreurs.
fait grandir nos peurs, nos colères et autres émotions négatives.
favorise le mal-être et la stagnation.
3/ améliorer notre bien-être voire notre santé et nos performances:
Il est aujourd’hui scientifiquement prouvé que se comporter avec bienveillance accroît la production d’ocytocine (dite aussi hormone du bonheur) et améliore la neuroplasticité de notre cerveau.
Je me réfère en la matière à Ilios Kotsou, auteur passionné par l’humain.

Ce dernier nous précise dans ses écrits que « les études scientifiques nous montrent que cette capacité de bienveillance envers soi favorise une meilleure santé mentale, une plus grande résilience face aux difficultés, mais aussi une plus grande aptitude à nous remettre en question et une envie accrue de changer ! ».

Etre bienveillant avec soi-même, c’est se donner l’opportunité :
 d’apprendre de nos erreurs, d’être plus résilient,
d’écouter nos émotions négatives sans leur laisser toute la place,
de favoriser notre santé.
de mieux appréhender les nombreux changements que nous vivons.
Pensez-y la prochaine fois que vous vous critiquerez … 😉
CONCRÈTEMENT, SI JE VOUS DISAIS COMMENT FAIRE?
a/ comprendre qu’il n’y a rien d’égoïste à être bienveillant avec soi-même:
Prendre du temps pour soi ne signifie que vous ne pensez rien qu’à vous 24h/24.
Au contraire, se ressourcer permet un mieux-être propice au relationnel avec les autres. Il en est de même avec la bienveillance avec soi.
C’est un soin que vous vous prodiguez qui va vous permettre d’être mieux avec vous, plus authentique et donc dans une meilleure énergie pour vos relations.
b/ se traiter comme le VIP de sa vie :
Oui, oui vous m’avez bien lue ! Vous êtes votre meilleur ami, et non votre meilleur ennemi 😊.
Comment recevez-vous vos amis ? En mettant les petits plats dans les grands souvent n’est-ce pas ?
Ou bien à la bonne franquette, chacun amène quelque chose ? Et vous comment vous invitez-vous à votre table? Quelles nourritures vous offrez-vous? Alimentaires, spirituelles, de détente, de plaisir … Prendre soin de soi est un des premiers actes de bienveillance que nous pouvons nous offrir.

Et si nous ne nous l’offrons pas … Qui va le faire ? Comment notre réserve d’énergie va-t-elle se remplir ?

c/ calmer les petites voix incendiaires :
Vous aussi vous connaissez cette petite voix qui vient vous flageller dès que vous faites une erreur ? La mienne est très présente !

Et heureusement qu’elle n’a pas un fouet pour de vrai. Néanmoins cela reste violent.

Soyons clair, je ne dis pas que vous n’aurez plus de pensées négatives n’est-ce pas ? En revanche ce que je vous propose c’est de les accueillir avec bienveillance.

Prenons un exemple : le stress en pensant à l’oral du lendemain. C’est votre cas? 
Et vous vous dites des choses du genre: « non mais, arrêtes d’avoir peur c’est ridicule. T’es plus une enfant enfin ! C’est quoi cette peur irrationnelle ?! ?! T’es qu’une gourde ma fille ! » Ou bien encore : « Je n’y arriverai jamais, j’ai trop peur, je ne suis pas capable de faire ça ! »
Si au lieu de cela, vous envisagez le fait d’avoir peur comme quelque chose d’humain et que vous vous dites : « Whaou j’ai vraiment peur là ! C’est normal, c’est une étape difficile pour moi. Qu’est-ce que je peux faire pour m’apaiser ? Un petit tour dans le jardin. Ça va me faire du bien. Et pour m’encourager ?…» Sentez-vous la différence entre les deux discours ?
Lequel des deux va être le plus efficace selon vous ? Naturellement, vous connaissez la réponse.
Se réconforter, se remonter le moral, sont des attitudes bienveillantes qui vont vous permettre de plus facilement passer un cap, une difficulté.
d/ se connaitre et s’accepter tel que nous sommes :
Nous sommes tous uniques, avons tous des qualités, des défauts, des différences. Les connaitre et les accepter, les accueillir est un acte de bienveillance et de lucidité envers nous-même. Nous sommes et avons le droit d’être tels que nous sommes, sans masque ou fausse modestie. Le monde a besoin de nous ainsi.
De là, reconnaitre ses besoins et ses ressentis, accueillir ses émotions sont autant d’attitudes de bienveillance qui vont vous permettre d’avancer, de vivre mieux votre vie. Et c’est un cercle vertueux : plus vous vous connaitrez, plus vous serez en mesure d’accepter vos qualités pour ce qu’elles sont, vos défauts pour ce qu’ils sont, et être bienveillant envers vous-même … et envers les autres.
Les comparaisons sont des poisons. Prendre exemple sur le comportement de quelqu’un parce que cela nous permet de progresser : oui.
Se dénigrer parce que d’autres arrivent mieux, plus vite, c’est se comparer. Quel sens cela a-t-il dans la mesure où vous n’avez ni les mêmes chaussures, ni la même histoire ?
Nous sommes notre échelle de valeur : 

En étant à votre écoute, avec bienveillance et lucidité, vous devenez plus proche de vous-même, plus authentique. Cela amène la part de responsabilité qui va avec : on ne peut plus se cacher derrière des « c’est la faute des autres » ou des « de toute façon, je suis trop nulle ».

Car, même si les autres ont un impact sur notre destinée et leur part de responsabilité, nous avons aussi la nôtre et nous avons surtout un pouvoir sur cette part de responsabilité : décider de la suite à donner.
Car même si je suis « nulle », je peux apprendre. La manipulation : j’y suis moins sensible. Les injonctions : je choisis si j’y accède ou pas. C’est en nous traitant avec cette bienveillance lucide que nous pouvons prendre notre part de responsabilité et agir en conscience. C’est ainsi que nous pouvons conquérir notre part de liberté.
Shine your true colors !!!!
©Annie Pradoux
Rédactrice « coaching »
A propos de Annie Pradoux 3 Articles
Annie Pradoux est coach personnel et formatrice en milieu professionnel. Sa griffe? Elle accompagne les personnes qui souhaitent trouver leur voie, tracer leur chemin en étant elles-mêmes. En levant les blocages, en faisant émerger les forces, pour mettre les projets sur les rails et en toute bienveillance. Elle accompagne les personnes qui veulent vivre leur différence. Apprivoiser les regards, s’apprécier à sa juste valeur pour sortir de sa coquille, parce que le monde a besoin de chacun tel qu'il est. Pour vivre sa différence, la clé est d’être en accord avec soi !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*